[Besançon] Toutes et tous devant le TGI les mercredis 11 juillet à 9h30 et 18 juillet à 15h00 !

La répression d’État continue plus d’un an après l’action contre la sélection en master !

2ème volet – l’État n’en a pas fini avec son acharnement : après les comparutions du 8 mars dernier, sept personnes sont appelées à comparaître le 18 juillet 2018 devant le tribunal correctionnel pour l’occupation du Conseil d’Administration de l’université du 14 février 2017, tandis qu’une autre est convoquée à une composition pénale 7 jours plus tôt. Leur but était alors d’empêcher la direction de l’université de voter, dans l’ombre des salons, le renforcement de la sélection en master. Les chefs d’inculpation vont de « dégradations en réunion », « rébellion » jusqu’à « séquestration » pour trois d’entre elles.

La procureure générale de Besançon, Edwige Roux-Morizot, s’acharne à vouloir traîner devant les tribunaux plusieurs personnes ayant participé à cette action. Au moment des faits, elle avait qualifié les occupant.e.s de « terroristes ». Pourtant, ce type d’action s’est (re)produit dans d’autres universités à la même période et n’a non seulement pas été qualifié de « terroriste » mais n’a, de plus, pas été réprimé avec la même violence. Comble d’une hypocrisie stratégique et diffamatoire, la procureure avait osé parler d’une direction « séquestrée » et d’un élu du Conseil d’Administration « molesté », versions contredites par de multiples témoignages d’autres membres du CA présent.e.s ce jour là.

Cette répression judiciaire n’aurait en effet certainement pas eu lieu si plusieurs membres du conseil d’administration n’avaient pas porté plainte. Parmi eux, aux côtés d’autres membres de l’équipe présidentielle comme les vice-président.e.s Macha Woronoff et Frédéric Muyard, André Mariage, doyen de la faculté de lettres, s’est empressé de déposer plainte contre ses propres étudiante.s en étant parfaitement conscient des suites judiciaires que cela engendrait au vu de la situation (marquée notamment par une surexposition médiatique de l’affaire).

On assiste, avec ce procès, à une forme judiciarisée et disproportionnée de répression des actes de contestation (fussent-ils classiques!) de l’ordre -universitaire- établi et aujourd’hui en cours de durcissement.

Tandis que l’action du 14 février 2017 s’inscrivait contre la logique de tri social à la fac; tandis que cette année, un mouvement social de grande ampleur a secoué de nombreuses universités pour ces mêmes raisons, l’État tente aujourd’hui encore de justifier non seulement le battage médiatique orchestré par la procureure à grands coups de déclarations sensationnelles, mais aussi d’entraver la poursuite de la lutte -contre la sélection notamment- à l’université.

La justice, en plus de jouer la différenciation entre les sujets de sa répression en multipliant les dates et types de procédures,  a décidé de reconvoquer les 8 personnes en plein été, en-dehors de la période universitaire: il s’agit clairement d’entraver l’exercice de notre solidarité. Rappelons que l’État et sa justice ont toujours cherché à isoler les personnes qu’ils répriment, à nous de nous unir face à eux !

Quand l’État s’acharne sur certain.e.s d’entre nous, c’est l’ensemble du mouvement qui est dans sa ligne de mire !

Soyons massivement présent.e.s devant le tribunal pour soutenir les inculpé.e.s les mercredis

11 juillet à 9h30 & 18 juillet à 15h00

 

Publicités

[Besançon] Rassemblement de soutien aux 7 inculpé.e.s de l’occupation à la présidence de la fac (14.02.2017) – Mercredi 18 juillet 2018 dès 15h00 devant le TGI

La répression d’État continue plus d’un an après l’action contre la sélection en master ! Toutes et tous devant le tribunal mercredi 18 juillet dès 15h00 !

2ème volet – l’État n’en a pas fini avec son acharnement : après les comparutions du 8 mars dernier, sept personnes sont appelées à comparaître devant le tribunal correctionnel pour l’occupation du siège de la présidence d’université du 14 février 2017. Les chefs d’inculpation vont de « dégradations en réunion », « rébellion » jusqu’à « séquestration » pour trois d’entre elles. Leur but était alors d’empêcher les directions d’universités de voter, dans l’ombre des salons, le renforcement de la sélection en master.

Ainsi, la procureure générale de Besançon, Edwige Roux-Morizot, s’acharne à vouloir traîner devant la justice plusieurs personnes ayant participé à cette action. Au moment des faits, elle avait qualifié les occupant.e.s de « terroristes » : pourtant, ce type d’action s’est (re)produit dans d’autres universités à la même période et n’a non seulement pas été qualifié de « terroriste » mais n’a, de plus, pas été réprimé avec la même violence, ce qui prouve le caractère disproportionné de ce procès. Comble de l’ignominie et de la mythomanie, la procureure avait osé parler d’une direction « séquestrée » et d’un élu du Conseil d’Administration « molesté », versions contredites par de multiples témoignages d’autres membres présent.e.s.

Cette répression judiciaire n’aurait pas eu lieu si plusieurs membres du conseil d’administration présent.e.s ce jour-là n’avaient pas porté plainte. En effet, aux côtés d’autres membres du conseil d’administration tel.le.s que la vice-présidente Woronoff ou encore Frédéric Muyard, André Mariage, le doyen de la faculté de lettres, s’est empressé de déposer plainte contre ses propres étudiante.s, en étant parfaitement conscient des suites judiciaires que ça engendrait au vu de la situation (comme par exemple, la surexposition médiatique de l’affaire).

Cette action du 14 février 2017 s’inscrivait alors contre la logique de tri social à la fac. Tandis qu’aujourd’hui, un mouvement social de grande ampleur secoue de nombreuses universités pour ces mêmes raisons, il s’agit, pour l’État, de justifier non seulement le battage médiatique orchestré par la procureure à grands coups de déclarations sensationnelles, mais aussi d’entraver la lutte actuelle à l’université.

Dans un premier temps, les sept personnes devaient comparaître le 2 mai dernier. Pour des raisons non détaillées, la justice a décidé de les reconvoquer en plein été, en dehors de la période universitaire afin de briser toute solidarité : rappelons que l’État et sa justice a toujours cherché à isoler les personnes qu’elle réprime.

Quand l’État s’acharne sur certain.e.s d’entre nous, c’est l’ensemble du mouvement qui est ciblé !

Soyons massivement présent.e.s devant le tribunal ce mercredi 18 juillet dès 15h pour soutenir les inculpé.e.s !

Le tract au format PDF

[Besançon] Retour sur le rassemblement de jeudi 7 juin contre les violences d’État et pour des ZAD partout – La manif du 17 juin annulée

Suite à la réunion d’organisation pour une manifestation large en soutien aux ZAD le dimanche 17 juin, la CNT25 ne peut que constater que les conditions ne sont pas réunies pour que celle-ci se tienne.
En effet, la CNT n’a ni les forces ni la vocation à organiser seule une lutte qui ne peut qu’être plurielle et unitaire.
Nous soutiendrons toutes initiatives du Comité de soutien ou d’autres groupes et espérons que Besançon saura se mobiliser.
Nous appelons désormais toutes les personnes prêtes à se mobiliser à rejoindre l’appel de la ZAD de Bure à converger le samedi 16 juin contre le centre d’enfouissement nucléaire.

Le jeudi 7 juin a eu lieu un rassemblement contre la violence d’état sur la Place des Droits de l’Homme à Besançon.

Plus d’une vingtaine de personnes y ont assisté, et ont participé au déploiement d’une banderole et à la diffusion de plus de 200 tracts sous le regard agressif des flics.
Nous étions là pour rendre hommage:
A Maxime, à qui l’État a arraché une main, à Robin qui a perdu l’usage d’un pied, à Rémi, assassiné.
A toutes les victimes des armes quasi létales de la police,
Aux éborgné.e.s, aux mutilé.e.s, aux blessé.e.s sur les ZAD et dans les mouvements sociaux,
Aux victimes des quartiers populaires où le soi disant maintien de l’ordre n’est que violence.
A Adama, à Zyed et Bouna, à Théo, à Ayoub et à Mohamed Boukhrou, à tou.te.s les autres, la liste est tristement longue.

A tou.te.s cell.eux rendu.e.s handicapé.e.s, borgnes, par l’État et sa force armée.

Nous étions là pour refuser la violence d’Etat, qui cherche à nous tétaniser par la peur.
L’Etat nous renvoie la responsabilité de la violence en nous traitant de casseur.eu se. s, de preneur.eu se. s d’otage, de terroristes.
Mais qui Casse? Celui/celle qui attaque un Mc Donald ou une ferme usine ou alors celui/celle qui détruit des lieux de vie?
Qui prend en otage? Celui/celle qui fait grève ou séquestre un.e patron.ne pour lui apprendre à négocier ou celui/celle qui incarcère des militant.e.s pro-migrant.e.s, écologistes, antifascistes…?
Qui terrorise? celui/celle qui refuse le capitalisme et son monde ou celui qui envoie son armée parader en armure dans des lieux d’autonomie pour marquer des esprits et les corps d’irrémédiables blessures ?
L’Etat sème la confusion pour nous faire avaler ses réformes mortifères, la casse de nos acquis sociaux, de nos services publics et de nos valeurs de partage.
Mais ne nous y trompons pas, s’il tape si fort et si dur sur les ZAD, où s’invente et se construit un autre monde, anticapitaliste, c’est qu’il sait qu’il n’a plus que la peur et la violence pour défendre son système moribond..
C’est pourquoi nous considérons que la plus belle façon de refuser les violences est de résister toujours plus, de ne pas nous laisser intimider, d’amplifier les grèves, les occupations, les blocages, de rejoindre les ZAD partout où elles se trouvent.
Nous appelons désormais à la solidarité envers les Zad les plus méconnues, du Moulin, de Roybon, de Poligny….
à maintenir la pression pour que les agressions envers les occupant.e.s de la ZAD de Notre Dame des Landes cessent.
à converger le samedi 16 juin vers la ZAD de Bure, si injustement réprimée.

Aperçu du rassemblement du jeudi 7 juin 2018 (Photos: Saysamay Soubinh) :

[Besançon] Contre la violence d’État, pour des ZAD partout (En soutien à Maxime et tou.te.s les autres) – Jeudi 7 juin 18h Esplanade des Droits de l’Homme (Devant la mairie)

Alors qu’un manifestant a perdu une main à la ZAD de Notre Dame des Landes, et que des centaines de blessé.e.s graves sont à déplorer, nous ne pouvons que nous souvenir des nombreux..ses mutilé.e.s, éborgné.e.s ou tué.e.s par la violence d’État en France.
A Sivens il y a eu un mort, à Bure, à Nantes et à Paris des manifestant.e.s ont perdu des morceaux d’eux-mêmes à cause des grenades de la Police, Partout en France, les Flash-balls ont éborgné, les gaz ont intoxiqué, les matraques ont mutilé.

En intensifiant sa guerre contre les mouvements sociaux les plus constructifs (ZAD, étudiants, Cheminots…) le gouvernement ne ménage pas les moyens, alors qu’il sait sa police brutale (La France est condamnée à 6.5 millions d’Euros par la faute de sa police), il la sur-équipe d’armes quasi létales.

Contre cette logique mortifère qui cherche à écraser les fleurs de la révolte sous des bottes militaires, nous nous devons d’exprimer notre solidarité tout autant que notre écœurement.
La manifestation pour la ZAD du 22 avril nous a montré que même dans l’urgence les Bisontin.e.s étaient prêt.e.s à prendre la rue, c’est pourquoi nous appelons à:

Un RASSEMBLEMENT en hommage à Maxime, démembré sur la ZAD ainsi qu’à toutes les victimes de violences policières le JEUDI 7 JUIN à 18h sur le Parvis des droits de l’Homme.

A recouvrir de rouge les mains de toutes les statues Bisontines.

A une réunion d’organisation le lundi 11 juin à 18H30 pour créer une mobilisation large de soutien à toutes les ZAD et contre la répression policière des pratiques alternatives au lendemain de l’appel de Bure, soit le 17 Juin.
Cette réunion se tiendra dans les locaux de la CNT, vous pourrez obtenir l’adresse et plus d’informations en nous contactant sur :
cnt-doubs@cnt-f.org.

[Besançon] La répression d’État continue plus d’un an après l’action contre la sélection en master ! Rassemblement devant la fac de lettres mercredi 2 mai à 13h30

[Texte lu lors de l’Assemblée Générale de la fac de lettres de ce mercredi 25 avril. Une motion de soutien et un appel à se joindre au rassemblement ont également été votés.]

La répression d’État continue plus d’un an après l’action contre la sélection en master !

2ème volet – l’État n’en a pas fini avec son acharnement : après les comparutions du 8 mars dernier, six personnes doivent comparaître devant le tribunal correctionnel pour l’occupation du conseil d’administration de l’université du 14 février 2017. Les chefs d’inculpation vont de « dégradations en réunion », « rébellion » jusqu’à « séquestration » pour trois d’entre eux. Leur but était alors d’empêcher les directions d’universités de voter, dans l’ombre des salons, le renforcement de la sélection en master.

Ainsi, la procureure générale de Besançon, Edwige Roux-Morizet, s’acharne à vouloir traîner devant la justice plusieurs personnes ayant participé à cette action. Au moment des faits, elle avait qualifié les occupant.e.s de « terroristes » : pourtant, ce type d’action s’est (re)produit dans d’autres universités à la même période et n’a non seulement pas été qualifié de « terroriste » mais n’a, de plus, pas été réprimé avec la même violence, ce qui prouve le caractère disproportionné de ce procès. Comble de l’ignominie et de la mythomanie, la procureure avait osé parler d’une direction « séquestrée » et d’un élu du Conseil d’Administration « molesté », versions contredites par de multiples témoignages d’autres membres présent.e.s.

Cette répression judiciaire n’aurait pas eu lieu si plusieurs membres du conseil d’administration présent.e.s ce jour-là n’avaient pas porté plainte. En effet, aux côtés d’autres membres du conseil d’administration tel.le.s que la vice-présidente Woronoff ou encore Frédéric Muyard, André Mariage, le doyen de la faculté de lettres, s’est empressé. de déposer plainte contre ses propres étudiante.s, en étant parfaitement conscient des suites judiciaires que ça engendrait au vu de la situation (comme par exemple, la surexposition médiatique de l’affaire).

Cette action du 14 février 2017 s’inscrivait alors contre la logique de tri social à la fac. Tandis qu’aujourd’hui, un mouvement social de grande ampleur secoue de nombreuses universités pour ces mêmes raisons, il s’agit, pour l’État, de justifier non seulement le battage médiatique orchestré par la procureure à grands coups de déclarations sensationnelles, mais aussi d’entraver la lutte actuelle à l’université.

Quand l’État s’acharne sur certain.e.s d’entre nous, c’est l’ensemble du mouvement qui est ciblé !

Bien que la comparution de ce 2 mai à 13h30 ait été reportée, rassemblons-nous devant la faculté de lettres rue Mégevand, même jour même heure, pour pointer la responsabilité de cet acharnement judiciaire de la part des membres du conseil d’administration de l’UFC, et notamment celle du doyen de l’UFR SLHS, André Mariage.

Restez informé.e.s quant à la date de la prochaine comparution !

[Besançon] Récit de la manif en soutien à la ZAD de dimanche 22 avril

Dimanche 22 avril, entre 50 et 70 personnes se sont retrouvées place Marulaz sous un soleil de plomb pour exprimer leur soutien à la ZAD de Notre-Dame des Landes, en proie chaque jour au harcèlement et à la répression des forces militaires déployées dans la zone.

Après une petite demi-heure passée sur la place qui a été joliment redécorée de pancartes et de banderoles, le cortège s’est élancé dans les rues du centre-ville aux cris de « Macron dégage, résistance et sabotage », « Oui au bocage, non au carnage », « Ni expulsion, ni répression, la ZAD est là, la ZAD vivra »… Tout le long du parcours, près de 150 tracts (l’appel intergalactique) ont été distribués aux passant.e.s et de nombreuses affiches ont été collées sur les murs, sucettes JC-Decaux, banques et commerces (vides ou non). En passant dans l’artère commerçante du centre-ville, des boules de peinture ont atterri sur quelques façades de commerces et une agence SFR.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus loin, la situation s’est (un peu) tendue lorsque le conducteur du Petit Train, qui sert à transporter les touristes du centre-ville à la Citadelle, est sorti de ses gonds pour le collage d’une affiche. Certain.e.s manifestant.e.s ont dû calmer ses ardeurs après qu’il a violemment poussé un.e manifestant.e qui tenait la banderole de tête. En fin de compte, le petit Train à touristes est reparti à travers le centre-ville aux couleurs de la ZAD, avec encore plus d’affiches et un tag tracé à la bombe verte, disant « ZAD partout ».

La manifestation s’est dispersée après un peu plus d’une heure au niveau du pont Battant, sans qu’il n’y ait d’arrestation.

Appelée une semaine à l’avance par de nombreuses affiches, tracts et banderoles dispersés à travers la ville, par des appels internet (pas toujours relayés), cette manif était belle parce qu’elle était unitaire, sans drapeau de partis ou de syndicats, parce qu’elle était plurielle, rassemblant des soutiens de tous les milieux, elle était belle parce qu’elle était créative, qu’elle a semé ses traces dans la ville, et qu’elle a troublé le train train aseptisé des consommateurs du dimanche, elle était belle parce qu’elle était libre, évoluant dans la ville selon sa volonté, promenant ses poulets et non promenée par eux, elle était belle enfin parce qu’elle était à l’image de la ZAD, autonome, auto-organisée et sauvage. Que vivent les ZAD.

CNT25