Grève des chauffeurs de bus à Besancon

Les conducteur-trice­s de bus de Besançon Mobilités (=Ginko) ont mené une grève d’un peu plus d’une semaine fin septembre.
Illes dénonçaient la situation créée par le lancement du tramway, l’augmentation des embouteillages (on nous avait promis le contraire), la suppression de lignes de bus ; et demandaient un temps de pause et l’installation de toilettes à chaque terminus (sont­ illes les seuls travailleur­se­s à ne pas pouvoir faire leurs besoins au boulot ?). Illes demandaient aussi l’embauche en CDI des personnels précaires.
Leurs actions étaient concentrées sur les samedis, pour ne pas empêcher les gens d’aller au boulot, avec par exemple l’interpellation du directeur du tramway Pascal Gudefin en pleine conférence le 20/09. Cependant un préavis de grève illimitée avait quand même été déposé pour permettre à tou-te­s les chauffeur­se­s de manifester leur colère.
Finalement illes ont repris le travail sans avoir rien obtenu, ou presque.
En tant qu’usager­e­s, comme à chaque fois que d’autres travailleur­ses sont attaqué­e­s, nous devons nous montrer solidaires, dire aux chauffeur­se­s qu’on les soutient, le dire aussi aux autres passager­e­s, leur dire pourquoi c’est important. Beaucoup se plaignent les jours de grève, mais oublient de se réjouir que le reste du temps il y a toujours quelqu’un­e pour les transporter, malgré des conditions de travail difficiles.

autoc serv pub