Archives du mot-clé Besancon

[Besançon] Mobilisation contre la baisse des APL – Samedi 9 décembre 2017 à 14h30 place du 8 septembre

La réduction des APL de 5 €, le projet de les réduire encore de 50 €
impactent les locataires. Et ce sont les plus en difficulté qui sont
touchés.
Les compensations : vouloir baisser les loyers des HLM (sans interpeller le bailleurs privés !) va aboutir à réduire les moyens des offices HLM pour remplir leur mission d’accueillir dans des logement à loyer modéré, construire, entretenir, les domiciles des personnes dont les revenus sont les plus bas.
La suppression de crédits destinés à construire des logements PLAI (les loyers les plus bas), l’obligation prévue que les offices HLM vendent massivement leur patrimoine, etc., tout cela va contribuer à rendre la situation des plus pauvres encore plus difficile.

La CNL Besançon a décidé de relayer l’*appel national* de toutes les
associations et organismes sociaux, logeurs HLM pour le 9 décembre défendre le logement social et les locataires.

Nous appelons à un rassemblement place du 8 septembre à Besançon à 14 h30 le 9 décembre

Nous appelons donc chacun, locataire, associatif, syndicaliste, citoyen, militant à manifester son soutien à un projet solidaire de société dont le logement social devrait être une priorité.

À Besançon,
rassemblement de soutien au logement social
Samedi 9 décembre
Place du 8 septembre, 14 h 30

Publicités

[Besançon] Résumé de la manifestation du 16 novembre

Le 16 novembre, un peu moins de 500 personnes ont répondu à l’appel d’une journée de grève et de manifestation interprofessionnelle par l’intersyndicale (FO, CGT et SUD) contre les ordonnances Macron, qui précarisent encore un peu plus nos vies.

Le rassemblement était fixé à 11h place Flore.
Après ce rassemblement timide qui peinait à même bloquer le tram, la manifestation s’est élancée vers la permanence du député LREM, Eric Alauzet, en vue de la murer.
Les étudiants accompagnés de quelques libertaires derrière une banderole « on veut une vie riche pas une vie de riche » n’ont pu que constater l’épais cordon de policiers qui protégeait la cossue bâtisse cible de l’action éventée.
Les syndicalistes ont tout de même érigé symboliquement un mur à quelques mètres de la porte sur lequel ils ont écrit « la honte ».
Il n’y a pas de quoi être fier, en effet, du manque de mobilisation, de créativité, de conviction, mais la manifestation s’est déroulée tout de même, pour un retour calme et rapide place Flore et une dispersion sans conviction.
A l’avenir, il est plus que nécessaire de construire un mouvement par la base, en construisant la lutte depuis nos lieux de travail et d’étude, sans se contenter des journées de grève décrétées par les centrales.

Rappelons que l’État et le patronat ne comprennent qu’un seul langage : Grève, blocage, sabotage !

[Besançon] Compte-rendu du 11 novembre anti-militariste

Comme chaque 11 novembre, rendez-vous était donné rue Bersot puis au 11, rue Battant : sous une pluie battante, nous étions une trentaine à réaffirmer notre refus de la logique militariste de l’État et notre opposition à toutes ses guerres, qu’elles soient intérieures comme extérieures. Deux banderoles ont été accrochées sur des grilles de chantier de la rue Battant, affirmant : « Non à toutes les guerres » et « Finir par trouver ça normal – L’état d’urgence pour faire oublier des tas d’urgence ».

Un hommage a été rendu à Lucien Bersot, MORT PAR LA FRANCE (comme tant d’autres, déserteurs et insoumis), fusillé en 1915 pendant la Grande Boucherie pour avoir refusé de porter un pantalon couvert de sang.

Une prise de parole a été faite devant la plaque commémorative installée par l’État, histoire de scander haut et fort « Guerre à la guerre ».

[Besançon] Résumé de la manifestation du 12 septembre

C’est sous la pluie que près de 2000 personnes se sont rassemblées le 12 septembre à Besançon pour manifester notamment contre la loi travail XXL d’Emmanuel Macron. Localement, de nombreux syndicats du public et du privé étaient présents, même ceux n’appelant pas à la grève au niveau national.

Le cortège, compact et animé, a commencé par bloquer le tram Place de la Révolution, avant de sillonner le centre et de ponctuer son avancée par des slogans, des distributions de tracts et… de la peinture. Quelques banques, agences immobilières ou locaux administratifs ont subi – de façon méritée – les assauts de quelques bombes… de peinture ! Les distributeurs étant – étonnamment ?! – protégés par un membre, voire plusieurs, de la milice du capital, à savoir… la police nationale.
Cette manif s’est terminée sous le soleil, à voir pour les prochaines… car la rentrée sociale s’annonce chargée !
Toutes et tous uni.e.s contre Macron et ses sbires, pour abattre le capitalisme et construire une société libertaire et solidaire !

 

 

[Besançon] Solidarité face à la répression – Mercredi 31 mai à partir de 9h30 devant le TGI

Solidarité face à la répression !

Solidarite31maiCette année 2016-2017 a vu un déferlement répressif à l’encontre des luttes sociales et de celles et ceux qui n’entendent pas se résigner au rouleau-compresseur du capital et de l’Etat. Que ce soit contre l’austérité à l’université, ou bien dans la rue et devant les lycées contre la mascarade électorale, il existe encore des individus qui refusent d’abdiquer en se faisant entendre dans la rue et leurs lieux de travail et d’étude.

Ainsi, ce mercredi 31 mai 2017, quatre personnes seront déférées devant le TGI de Besançon pour leur participation à ces luttes :

Pour l’occupation de la Maison de l’Université du 22 novembre, un étudiant est inculpé pour « intrusion ; outrage et violence aux forces de l’ordre ; refus de prélèvements d’empreintes et d’ADN ». Cette action visait à empêcher la tenue du Conseil d’Administration de l’Université, qui s’apprêtait alors à voter des mesures d’austérité (suppression de filières, diminution d’heures de cours à l’UFR SLHS). Ce jour-là, plusieurs centaines de personnes ont investi le hall d’entrée du bâtiment. Un groupe d’étudiant.e.s a tenté de monter à l’étage pour empêcher le vote, mais les policier.e.s sont intervenu.e.s violemment, n’hésitant pas à frapper sur les doigts d’une étudiante suspendue dans le vide à coups de matraque. La répression à la fac de lettres a franchi un nouveau palier le 14 février 2017, lorsqu’une vingtaine d’étudiant.e.s a fait irruption dans cette même salle de réunion afin d’empêcher le vote entérinant la sélection en master. Le président de l’UFC, Jacques Bahi, a eu recours aux forces de l’ordre, qui ont déboulé à une quarantaine pour expulser et placer en garde à vue (allant jusqu’à 24h pour la plupart et jusqu’à 45h pour les deux soi-disant « meneurs ») ces récalcitrant.e.s à la marchandisation de l’université. Des poursuites judiciaires sont également à prévoir.

Dimanche 7 mai, peu de temps après la dispersion de la manif « contre la mascarade électorale » à l’occasion du 2ème tour des élections présidentielles, deux manifestants ont été arrêtés par la police puis placés en GAV pour 24h. Ils sont poursuivis pour des « dégradations » sur des banques.

Enfin, lors du blocus au lycée Pasteur contre « la mascarade électorale » mardi 9 mai, une lycéenne a été arrêtée puis emmenée au poste pour « outrage et violences à l’égard des forces de l’ordre ». Son tort ? Avoir pris la défense d’une de ses potes prise à partie par les policier.e.s (insultée et bousculée).

Toutes et tous devant le TGI (rue Mégevand, en face de la mairie) mercredi 31 mai dès 9h30 pour montrer notre solidarité avec les quatre personnes inculpées !

La répression ne fera jamais taire la rébellion ! La solidarité est notre arme !


Par ailleurs, un militant libertaire bisontin est poursuivi pour « diffamation » à l’encontre d’un responsable des expulsions de sans-papiers à Besançon, le secrétaire général de la préfecture du Doubs, Jean-Philippe Setbon. Il passera en procès le mercredi 7 juin pour avoir publiquement dénoncé la politique inhumaine de la préfecture du Doubs à l’encontre des migrant.e.s sur le blog du « Libertaire Bisontin » (plus d’infos sur https://lelibertairebisontin.wordpress.com et sur https://nantes.indymedia.org/articles/35853).

Affichons notre solidarité et soyons présent.e.s au TGI ce mercredi 7 juin à 13h30.

Voir / Télécharger le tract au format PDF

[Besançon] Contre la mascarade électorale, prenons la rue ! (Dimanche 7 mai à partir de 20h place de la Révolution)

Nous relayons l’appel de « Génération Ingouvernable Besançon », qui appelle à manifester le soir du 2ème tour des élections présidentielles à partir de 20h place de la révolution.

NI LEPEN NI MACRON, NI PATRIE NI PATRON – REVOLUTION !

Le tract A5 au format PDF