[Besançon] Récit de la manif en soutien à la ZAD de dimanche 22 avril

Dimanche 22 avril, entre 50 et 70 personnes se sont retrouvées place Marulaz sous un soleil de plomb pour exprimer leur soutien à la ZAD de Notre-Dame des Landes, en proie chaque jour au harcèlement et à la répression des forces militaires déployées dans la zone.

Après une petite demi-heure passée sur la place qui a été joliment redécorée de pancartes et de banderoles, le cortège s’est élancé dans les rues du centre-ville aux cris de « Macron dégage, résistance et sabotage », « Oui au bocage, non au carnage », « Ni expulsion, ni répression, la ZAD est là, la ZAD vivra »… Tout le long du parcours, près de 150 tracts (l’appel intergalactique) ont été distribués aux passant.e.s et de nombreuses affiches ont été collées sur les murs, sucettes JC-Decaux, banques et commerces (vides ou non). En passant dans l’artère commerçante du centre-ville, des boules de peinture ont atterri sur quelques façades de commerces et une agence SFR.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus loin, la situation s’est (un peu) tendue lorsque le conducteur du Petit Train, qui sert à transporter les touristes du centre-ville à la Citadelle, est sorti de ses gonds pour le collage d’une affiche. Certain.e.s manifestant.e.s ont dû calmer ses ardeurs après qu’il a violemment poussé un.e manifestant.e qui tenait la banderole de tête. En fin de compte, le petit Train à touristes est reparti à travers le centre-ville aux couleurs de la ZAD, avec encore plus d’affiches et un tag tracé à la bombe verte, disant « ZAD partout ».

La manifestation s’est dispersée après un peu plus d’une heure au niveau du pont Battant, sans qu’il n’y ait d’arrestation.

Appelée une semaine à l’avance par de nombreuses affiches, tracts et banderoles dispersés à travers la ville, par des appels internet (pas toujours relayés), cette manif était belle parce qu’elle était unitaire, sans drapeau de partis ou de syndicats, parce qu’elle était plurielle, rassemblant des soutiens de tous les milieux, elle était belle parce qu’elle était créative, qu’elle a semé ses traces dans la ville, et qu’elle a troublé le train train aseptisé des consommateurs du dimanche, elle était belle parce qu’elle était libre, évoluant dans la ville selon sa volonté, promenant ses poulets et non promenée par eux, elle était belle enfin parce qu’elle était à l’image de la ZAD, autonome, auto-organisée et sauvage. Que vivent les ZAD.

CNT25

Publicités