Anarchie en Syrie ?

Anarchie en Syrie ?

Article paru dans le n°10 de La Révolte (CNT-AIT Pau), octobre 2015.

Le 16 février 2013, Omar Aziz1, militant anarchiste syrien, mourait dans les geôles de Bachar Al-Assad. C’était l’instigateur des comités locaux de la révolution syrienne. Organisés par la population syrienne pour gérer la vie quotidienne, l’appui aux milices révolutionnaires, l’accueil des réfugiés, des centaines de comités locaux se sont créés dans toute la partie du pays qui n’était plus sous le joug du tyran. Ils représentent l’amorce d’une nouvelle société où le peuple s’auto-gouverne.

Le 2 août dernier, la coordination des comités locaux a quitté la Coalition nationale de l’opposition syrienne minée par les ambitions personnelles de personnages soutenus par le Qatar, l’Arabie Saoudite ou la Turquie2.

Alors que les grandes puissances se préparent à faire alliance avec Bachar Al-Assad pour neutraliser Daesh, comment ne pas se poser la question : pourquoi personne ne parle de soutenir les véritables révolutionnaires syriens qui se battent contre Bachar et contre Daesh ?

Daesh est finalement bien utile. Issue des troupes sunnites de l’armée de Saddam Hussein, financé au départ par les américains et Bachar Al Assad, lui-même, pour contrer les milices chiites pro-iranienne en Irak, Daesh est un monstre qui mord la main qui l’a nourri. Mais il va permettre de donner une nouvelle légitimité à un dictateur avec qui, au fond, les Etats peuvent s’entendre.

Pendant ce temps, les combattants de la liberté syriens meurent des balles de Daesh et des gaz de Bachar Al-Assad, dans l’indifférence cynique de nos dirigeants : il est plus facile de maîtriser un dictateur qu’un peuple libre.

L’intérêt subit de nos politiques pour le sort des réfugiés n’est pas sans rapport. Chacun joue son rôle, le PS participe aux manifestations demandant que nous accueillons plus qu’un nombre ridicule de réfugiés, alors qu’il est au pouvoir et qu’il est responsable de la reconduite aux frontières. Le FN et la droite de la droite multiplient les déclarations ordurières et feignent de s’intéresser aux SDF « français » qu’ils laissent crever dans la rue depuis toujours. Mais tous se retrouvent pour reconnaître, finalement, du bout des lèvres, des qualités au dictateur syrien, au vu de la situation. Mélenchon estime qu’il faut « discuter » avec lui3, quand Marion Maréchal Le Pen lui trouve quelques mérites4

La campagne médiatique actuelle au service de cette unanimité politique vient nous vendre une nouvelle union sacrée pour justifier la guerre et le pacte abject que les États vont passer avec le diable. Une fois de plus…

  1. http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/02/26/mort-en-detention-de-omar-aziz-pere-des-comites-locaux-de-la-revolution-syrienne_1838928_3382.html
  2. http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Des-militants-syriens-quittent-la-coalition-de-l-opposition-2015-08-02-1340674
  3. http://www.rtl.fr/actu/politique/syrie-melenchon-estime-qu-il-faut-discuter-avec-assad-7777068400
  4. http://lelab.europe1.fr/pour-marion-marechal-le-pen-bachar-al-assad-a-le-merite-de-preserver-relativement-le-droit-des-femmes-en-syrie-7880