[Infos] Les brèves…

Droit individuel au formatage

Présenté comme une avancée sociale majeure, le compte individuel de formation débarque cette année. Sur ce compte, des heures qu’on accumule et qu’on peut transformer en formation professionnelle. Sur le principe, pourquoi pas ? N’oublions pas cependant que les patrons gardent un contrôle sur les formations proposées, qu’elles servent surtout à augmenter notre productivité, c’est-à-dire leurs profits, mais passons. Pour accéder à ce compte, il faut s’identifier sur un site internet créé par le gouvernement, et pour ça il faut avoir une adresse e-mail. « C’est un détail », nous dira-t-on, ou encore « on est plus à ça près, c’est comme ça pour tout maintenant ». Nous répondrons que c’est un détail qui illustre d’une part comment on nous impose comme une évidence la consommation de produits technologiques chers, importés et polluants ; et d’autre part le fait qu’on exclut sans le dire celles et ceux qui n’utilisent pas cette technologie. Nous entendons déjà l’objection : « Tout le monde utilise internet », tout le monde, vraiment ? Qui ose croire que chacun.e des millions de salarié-es de ce pays utilise internet pour ses formalités administratives ? Si 10% ne le font pas, ça fait plusieurs millions de personnes ; si seulement 1% ne le font pas, ça fait déjà plusieurs centaines de milliers. Nous vous laissons estimer le nombre d’heures de formation économisées par les patrons. Tu parles d’un droit !

**************************************************************************

Fin de grève à Condé

Le dernier Chaboteur annonçait la grève du lycée Condé contre un proviseur harceleur et de mauvaises conditions de travail. A peine était-il sorti que la grève prenait fin. L’accord entre le rectorat et les grévistes ménage la chèvre et le chou : le proviseur est mis sous tutelle, c’est-à-dire que ses actes sont contrôlés et qu’un suppléant est désigné pour les personnels qui ne voudraient pas traiter avec le harceleur, et une enquête administrative est ouverte en plus de l’enquête policière. Les grévistes ont aussi obtenu le paiement de la quasi-totalité des jours de grèves, après deux semaines de lutte c’est un point très positif. Point négatif, on apprend que le proviseur a déjà été mis en cause dans une affaire similaire lors de son emploi précédent, et que son avocat aurait fait annuler les poursuites grâce à un vice de procédure. On aurait donc affaire à un délinquant sexuel récidiviste et bien protégé, affaire à suivre donc.

 

Publicités