Solidarité avec Nikos Romanos en grève de la faim depuis le 10 novembre

solidarité prisonniersCommuniqué du groupe Proudhon de la Fédération anarchiste de Besançon

Grèce. Solidarité avec Nikos Romanos en grève de la faim depuis le 10 novembre
L’anarchiste Nikos Romanos, avait 15 ans le 6 décembre 2008 quand il a vu son meilleur ami Alexandros Grigoropoulos mourir dans ses bras, tué à bout portant par un flic. Arrêté pour braquage et torturé pendant son arrestation en 2013, il est depuis en prison où il a étudié et réussi le concours d’entrée à l’université.
Cependant sa demande de permission éducative a été refusée par le conseil pénitencier et le ministère de la « justice ».
La demande de Nikos Romanos est tout à fait légitime et lui-même ne demande à l’État que de ne pas violer ses propres lois. Ce refus, de la part de l’État, du droit à l’éducation de tout prisonnier s’inscrit dans le sillage de ses pratiques depuis quelques années : refus des
permissions, isolement systématique des prisonniers politiques, construction des prisons detype C.
L’état de santé de Nikos Romanos a nécessité son hospitalisation et il risque un arrêt cardiaque à tout moment.
Son camarade Yannis Michaïlidis a commencé une grève de la fin en solidarité avec Nikos Romanos depuis le 17 novembre ainsi que ses camarades Andréas-Dimitris Bourzoukos et Dimitris Politis depuis le 1er décembre.
En même temps, 300 Syriens, dont 25 enfants en bas âge, après le naufrage de leur embarcation, se trouvent sur la place de Syntagma devant le parlement grec depuis le 19 novembre. L’État grec refuse de les loger et de les prendre en charge ou de leur fournir les documents nécessaires pour quitter la Grèce. Piégés ainsi, dans le froid hivernal et sans nourriture, ils survivent grâce à la solidarité des citoyens. Sans aucun recours, certains d’entre eux ont commencé une grève de la faim depuis le 24 novembre.
Ces deux cas illustrent les deux visages de l’État grec : d’une part, une indifférence criminelle envers les réfugiés de guerre, la même que celle envers les familles qui vivent sans électricité, les gens qui cherchent dans les poubelles pour manger, les 4 000 suicides, les 57 % des jeunes au chômage, les élèves qui s’évanouissent de faim à l’école, un État qui écrase les plus faibles ; d’autre part, un État qui réprime violemment toute voix qui s’élève pour demander justice, dignité et droits de l’Homme, un État qui lance des gaz chimiques cancérigènes aux retraités manifestants, qui passe à tabac et arrête les élèves en grève devant leurs parents, qui pratique la torture et l’isolement dans les prisons.

Un État qui doit être renversé.

Solidarité à Nikos Romanos et à tous les grévistes de la faim

Pétition pour Nikos Romanos:
https://secure.avaaz.org/el/petition/Symvoylio_Fylakon_Korydalloy_Amesi_horigisi_ekpaideytikon adeion_toy_apergoy_peinas_Nikoy_Romanoy/?cDhkKib
Pétition pour les réfugiés Syriens
https://secure.avaaz.org/el/petition/tin_perifereiarhi_Attikis_Rena_Doyroy_Syntagma_kataylismos_prosfygon_Ypografoyme_edo_gia_amesi_lysi_tora/?bXSvKab&v=49273

groupe Proudhon de la Fédération anarchiste de Besançon
Décembre 2014