Campagne de mails au Préfet – Demandeurs d’asile à la rue

Nous relayons ci-dessous un appel des collectifs A la rue ! (défense du droit au logement) et Réseau éducation sans frontières – 25.

 

Le Collectif A la Rue ! et RESF25 s’adressent à vous pour vous demander de
participer à une campagne de mails à envoyer au Préfet du Doubs et à ses
« collaborateurs » pour protester contre le sort qui est fait aux nombreux
Demandeurs d’asile non-pris en charge à Besançon par les services dont c’est
pourtant la fonction.

Vous avez sûrement vu les tentes de celles et ceux qui passent la nuit et/ou
la journée dans la Grapille de Battant (parallèle à l’avenue Foch), faute
d’être hébergés dans des centres d’accueil : il y a là des dizaines de
femmes, d’hommes et d’enfants répertoriés par les autorités et les services
sociaux, mais à qui le plus élémentaire droit à un toit et à une prise en
charge sociale sont déniés.

Vendredi dernier, ils ont mené une action collective pour dénoncer les
conditions indignes qui leur sont faites, action soutenue par le Collectif A
la Rue ! Le SG de la Préfecture a reçu une délégation, avec tout le mépris
nécessaire : rien d’autre ne leur a été proposé que d’attendre que des
places se libèrent dans les abris de nuit ! Tant pis pour les enfants, les
handicapés, les jeunes mères, les malades, etc.

Le cynisme des puissants n’ayant aucune limite, le SG les a congédiés en
affirmant au Collectif que les intéressés étaient « contents » et en
recommandant à ceux-ci de ne pas s’aviser de téléphoner dans leurs pays pour
donner à croire à leurs familles ou amis qu’on pouvait venir en France et y
être aisément « accueilli »…

Attention : en objet de votre mail, n’indiquez aucune mention trahissant de
quoi il s’agit : il serait mécaniquement mis à la poubelle à l’entrée, sur
simple tri du serveur . Ecrivez seulement : demande urgente, ou une demande,
ou quelque chose de très vague.

Et puis transférez ce mail à vos ami-es, vos contacts, pour que ce mouvement
fasse boule de neige. Pas une voix ne doit manquer à la solidarité !

Voici la liste des adresses mail des autorités préfectorales à qui envoyer
la lettre-type ci-dessous (ne copier-coller que la lettre, pas la peine de
leur transmettre nos commentaires), modifiable bien entendu, mais en évitant
tout dérapage verbal qui pourrait être jugé diffamatoire ou injurieux (ces
gens-là ne manquent jamais une occasion de recourir à la justice pour se
faire passer pour victimes…) :

Préfet de Région : stephane.fratacci@doubs.gouv.fr; SG Préfecture du Doubs :
joel.mathurin@doubs.gouv.fr; Directrice de Cabinet du Préfet :
isabelle.epaillard-patriat@doubs.gouv.fr
Directrice du pôle Immigration : marie-france.barraux@doubs.gouv.fr;
Directeur DDCSPP (Cohésion Sociale et Protection des Populations) :
martial.fiers@doubs.gouv.fr
DDCSPP : pierre.aubert@doubs.gouv.fr; DDCSPP :
marie-dominique.thiebaut-rousson@doubs.gouv.fr; DDCSPP :
laurent.vienot@doubs.gouv.fr

Liste pour faciliter le copier/coller des adresses :

stephane.fratacci@doubs.gouv.fr;  joel.mathurin@doubs.gouv.fr;
isabelle.epaillard-patriat@doubs.gouv.fr;
marie-france.barraux@doubs.gouv.fr;  martial.fiers@doubs.gouv.fr;
pierre.aubert@doubs.gouv.fr;
marie-dominique.thiebaut-rousson@doubs.gouv.fr;
laurent.vienot@doubs.gouv.fr

Plus nous serons nombreux-ses à être réactifs, plus la pression de l’opinion
publique sera forte pour dénoncer ce scandale dont TOUTES les autorités se
sont accomodées, y compris les élu-e-s à la tête des collectivités publiques
(à qui rien n’interdit d’écrire aussi, des courriers d’un autre type), plus
les Demandeurs d’asile ont une chance de faire valoir leurs droits, qui sont
bafoués à une échelle sans précédent, dans toutes les villes de France,
aujourd’hui.

L’asile, c’est un droit,
faisons appliquer la loi !

——————————

——————–
(lettre-type)

Monsieur le Préfet de Région, Préfet du Doubs,
Monsieur le Secrétaire Général de la Préfecture du Doubs,

Madame la Directrice de Cabinet,
Monsieur le Directeur de la DDCSPP,

A Besançon, les Invisibles d’hier sont aujourd’hui devenus un point de
fixation en plein coeur de la ville : adossées à la Grapille de Battant, les
tentes des demandeurs d’asile dont la Préfecture refuse de prendre en charge
l’hébergement se sont multipliées au fil des jours, en un fragile
regroupement improvisé.
Ainsi, la misère dans laquelle sont maintenus ces demandeurs d’asile n’est
plus une abstraction : elle s’impose à tous ceux qui descendent ou remontent
l’avenue Foch, et que ce fleurissement de tentes laisse perplexes. Mais qui
peut bien « camper » là ?

Là vivent des femmes, des hommes et des enfants, exténués par des conditions
de vie impossibles, angoissés, malades et même parfois handicapés.
Depuis plusieurs mois, pour certains.

*       Une jeune fille de 16 ans, aveugle, survit sans aucune prise en
charge digne de son état : sa famille n’a eu droit jusqu’ici à aucun
hébergement, les enfants étant tous âgés de plus de 3 ans.

*       Un enfant épileptique de 4 ans vit également là avec ses parents et
ses frère et soeur, exclus de l’hébergement d’urgence sur le même critère
d’âge (ils seront hébergés la nuit à Saint-Jacques à partir du 2 octobre,
mais toujours à la rue toute la journée) : quand on a plus de 3 ans, vivre à
la rue ne met pas en danger, ont décrété les autorités préfectorales,
confortées malheureusement par le Tribunal administratif ! Cet enfant n’a
pas été admis aux urgences pédiatriques le mardi 24 septembre après-midi, le
médecin de service au CHU lui en ayant refusé l’accès, alors que son
traitement contre l’épilepsie prenait fin le lendemain.

*       Une mère qui souffre de violents maux de tête a déjà fait plusieurs
malaises au campement (dont un le samedi 28 septembre vers 15h) : à
l’hôpital, on lui dit que c’est « le stress »…

*       Un jeune homme arrivé depuis plus de 2 mois souffre de douleurs au
ventre : admis le temps de quelques examens médicaux aux urgences le samedi
28 septembre, il est de retour sous la tente pour la nuit.

*       La nuit, aucune protection des personnes, des enfants, des femmes
n’est assurée : n’importe quoi pourrait leur arriver. La visite intempestive
de mauvais plaisants venus uriner sur les tentes et jeter des canettes vides
à la tête de leurs occupants laisse les familles dans la crainte dès que la
nuit tombe.

*       Pour les dizaines de personnes qui vivent au campement, ni accès à
l’eau, ni installations sanitaires : les seules toilettes accessibles sont
les toilettes publiques.

*       Le week-end, accessibilité très restreinte aux douches de la
Boutique Jeanne Antide.

*       Le week-end, aucune distribution de repas chaud et même de
nourriture consistante : la Boutique Jeanne Antide ne donne accès qu’au
petit-déjeuner.

*       Le soir, du lundi au dimanche, aucun repas.

*       Aucune prise en charge de la scolarisation des enfants de 6 à 16
ans, alors que c’est une des missions des CADA que de faire scolariser les
enfants de demandeurs d’asile (rappelée par la circulaire du 5 avril 2013)

Les demandeurs d’asile à la rue sont ainsi privés de toute réelle assistance
pendant près de 3 jours d’affilée.

Lorsqu’enfin, après des procédures devant les tribunaux, l’hébergement
d’urgence est ordonné par le juge pour certaines familles (couples sans
enfants et célibataires en sont systématiquement exclus), cela ne donne
droit qu’à un lit dans l’un des deux abris de nuit (Saint-Jacques et Les
Glacis), qu’il faut quitter à 8h pour n’y revenir qu’à 20h.

Comment un Etat de droit, où les droits des demandeurs d’asile sont
institués par la loi, peut-il ainsi imposer à des personnes venues demander
asile et protection de vivre dans des conditions aussi inhumaines ?

Comment les représentants d’un Etat qui se prétend Patrie des Droits de
l’Homme peuvent-ils décider de refuser à des personnes venues demander asile
et protection à la France l’accès à un toit, à des installations sanitaires,
à des repas, à des soins …, alors que le droit à l’hébergement et aux soins
de santé font partie intégrante des droits de tout demandeur d’asile ?

Parce que, citoyennes et citoyens de ce pays, nous n’acceptons pas que les
droits humains inaliénables et garantis par la Constitution soient bafoués
« au nom du peuple français »,

nous exigeons le respect immédiat et sans conditions du droit d’asile et
l’application aux personnes du campement de ces principes : « Le droit
d’asile symbolise l’une des valeurs auxquelles notre tradition républicaine
est particulièrement attachée. A ce titre, toute personne qui souhaite
solliciter la protection de notre pays doit être certaine que sa demande
sera examinée dans des conditions conformes aux engagements internationaux,
en bénéficiant d’un accueil, d’un hébergement et d’une prise en charge
optimaux. » (site du Ministère de l’Intérieur, service de l’Immigration, de
l’intégration et de l’asile en France).

nous exigeons qu’un hébergement permanent (et non seulement un « abri de
nuit ») et une prise en charge sociale, médicale et scolaire soient fournis
immédiatement à ces femmes, ces hommes et ces enfants demandeurs d’asile.

date et signature