[Tract – Besançon] Sans papier en 2011 la gauche te soutient, en 2012 elle t’expulse ! Rassemblement le samedi 10 novembre – 16h30, Place Pasteur à Besançon

Sans papier en 2011 la gauche te soutient, en 2012 elle t’expulse !

Pendant ces 5 dernières années, les sans-papiers et les migrant-e-s n’ont cessé d’être contrôlé-e-s, chassé‑e-s, battu-e-s et expulsé-e-s. À Besançon ou dans les autres villes, la traque contre les “indésirables » était quotidienne. C’était le temps du régime Sarkozy. Mais aujourd’hui nous sommes en pays “socialiste” ! Tout va mieux ! Quoique…Ceux qui, il y a trois mois encore, étaient de farouches défenseurs des droits des Roms et qui fustigeaient les politiques inhumaines de la droite semblent prendre le relais des Hortefeux et Guéant, ces « anciens » militants de l’extrême droite radicale.

En effet, le 12 juillet, la mairie de Dijon, assistée de l’État, a expulsé d’un squat 225 demandeurs d’asile, tout cela pour pouvoir mieux spéculer sur les terrains municipaux. Ensuite le jeudi 9 août 2012, l’État socialiste a organisé l’évacuation de plus de 300 Roms séjournant sur des terrains municipaux à Villeneuve d’Ascq et Hellemmes, grâce à la coopération du Grand Lille présidé par Martine Aubry. Par ailleurs, les expulsions se multiplient dans tout le pays : 240 personnes ont même été expulsées par charter à Lyon.
Manuel Valls mène, selon ses propres mots, une croisade contre « des organisations criminelles », reprenant la confusion qu’entretient le FN entre les victimes du trafic que sont les Roms et les quelques trafiquants qui ne sont jamais visés. De plus, l’argument des conditions de vie déplorables dans les camps de Roms pour mieux faire passer la pilule des expulsions n’est accompagné d’aucune mesure de relogement durable. En effet la plupart du temps l’hébergement d’urgence, dont les conditions d’accueil se sont encores dégradées, est la seule solution proposée, on voit ici le gouffre entre les discours pleins de compassion et la dure réalité dans laquelle sont jetés les sans papiers.

Même la commission européenne à la suite de cette vague de harcèlement, a de nouveau placé la France sous surveillance afin de s’assurer que la France respecte ses engagements en matière de respect des droits fondamentaux des individu-e-s.Pour la CNT, il est intolérable de constater de tels agissements, qui plus est de la part d’un gouvernement qui a su leurrer de nombreuses personnes à grand renfort de discours humanistes, mais qui ne fait que perpétuer les politiques racistes menées par l’UMP ces dernières années.

Nous soutenons les initiatives qui permettront aux Roms expulsé-e-s de retrouver un logement décent et qui leur permettront de vivre là où bon leur semble. Pour nous, cette lutte ne peut être efficace et démocratique que par l’auto-organisation des Roms pour la reconquête de leurs droits les plus élémentaires.
Alors que la “crise » du capitalisme creuse de plus en plus les inégalités sociales et prive des milliers de personnes de leurs emplois, nombreux sont celles et ceux qui souhaitent rejeter la faute sur les étranger‑e‑s, les sans-papiers, les migrant-e-s, les Roms etc. Nous ne sommes pas dupes de cette manoeuvre et savons pertinemment que celui qui nous exploite n’est pas le ou la collègue immigré-e, mais les patrons qui s’engraissent sur nos défaites.

Internationaliste, la CNT Besançon réaffirme son attachement à la liberté de circulation et d’installation des individu-e-s et souhaite la mise en place d’un véritable rapport de force permettant d’exiger la fin de ces politiques discriminatoires et obtenir des logements décents pour les Roms.Les travailleur-se-s n’ont pas de pays, les travailleurs-se-s n’ont pas de patrie ! Solidarité internationale !

Des papiers pour tous ou pas de papiers du tout!

Cliquez sur l’image pour afficher le tract en pdf

RASSEMBLEMENT – SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012

16H30 PLACE PASTEUR à BESANCON