[International] Les travailleurs grecs sont debout

Publié le jeudi 16 février 2012 – Secrétariat international

Les dictatures financières et la Troïka (UE.BCE.FMI) qui leur sert d’homme de main ont imposé aux travailleurs grecs un gouvernement non élu et à leur solde qui n’a pour but que d’accumuler mesures d’austérité sur mesures d’austérité. Aujourd’hui ils doivent subir 22% de baisse de salaire, 15 000 licenciements dans le public et 150 0000 destructions de postes. Ces mesures viennent déjà se superposer à la précarité généralisée dans le privé.

Ces mesures testées aujourd’hui en Grèce sont les mêmes que les racketteurs de la finance veulent mettre en place au Portugal, en Espagne et pour l’instant à une moindre échelle en France en Angleterre, en Irlande et en Italie. Mais ne nous y trompons pas leur but est le même à notre encontre. Nous obliger à travailler plus, dans des conditions dégradées, sans droits ni acquis sociaux. Bientôt la « règle d’or » qui sera votée au parlement européen consacrera l’austérité et la précarité généralisée en Europe et ce alors que en parallèle les salaires des patrons du CAC40 ont augmenté de 34% et que le commerce du luxe explose.

Mais face à cette saignée les travailleurs Grecs résistent et se soulèvent.

Et ils font appel à notre solidarité.

Le gouvernement français est complice des voyous de la finance ici aussi il faut lui montrer que nous refusons de cautionner ce que subissent les travailleurs Grecs.

*******

Le 18 février, des rassemblements et manifestations de soutien ont eu lieu un peu partout en France.