[Besançon – Montbéliard] 3, 7 et 8 Décembre 2011: Rassemblements et concert antifascistes à l’occasion du procès du Front comtois

Fascistes du Front comtois / Etat réactionnaire: Même combat !

Ce Jeudi 8 Décembre 2011 se tient le procès du Front Comtois, groupuscule de la frange la plus dure de l’extrême-droite. Cette organisation fasciste comparaît pour des textes négationnistes et des affiches à caractère raciste. Des associations de la gauche institutionnelle dont SOS Racisme ont déposé plainte contre elle.
Nous ne sommes pas venu ici apporter notre soutien à cette plainte. Celle-ci entraînera, au maximum, la dissolution du Front Comtois qui se reformera sous un autre nom. Nous sommes venu.e.s dire que, malgré quelques procédures judiciaires, l’État est complice de la montée du fascisme et du racisme en France : il montre l’exemple. Ainsi, ce sont suppressions d’aides sociales aux parents immigré.e.s, rafles et expulsions de sans-papiers et de Roms qui sont autant d’encouragements donnés à ces groupuscules.
L’extrême-droite a toujours tenu des discours sociaux et populistes, discours avec lesquels elle renoue vigoureusement en cette période de crise. Mais dans les faits elle a toujours appliqué une politique économique défendant les intérêts des plus riches, tout comme le font nos gouvernants actuels.
Méfions-nous, l’extrême-droite sait tirer profit de cette période réactionnaire : elle se visibilise et va jusqu’à agresser physiquement et ouvertement des personnes de certaine couleur et des militant.es politiques, notamment à Lyon où celle-ci agit sous l’impunité policière et dernièrement dans le Nord où elle s’en est pris à des militant.e.s.
Peu importe cette décision de justice, il s’agit dès maintenant de s’organiser de manière durable et concrète contre le fascisme. Celui-ci est impulsé par le capitalisme, le patronat et l’État ayant tout intérêt à diviser les travailleur.euse.s et la population. Les luttes sociales doivent être vigilantes face aux corruptions et aux exactions fascistes qui tentent de s’infiltrer pour casser toute organisation populaire et tout mouvement social.

Soyons vigilant.e.s, Militons ensemble !
Ne réécrivons pas les mêmes horreurs de l’Histoire, ne laissons pas passer le fascisme !!!

Le tract commun CNT – FA – SCALP – Libertaires en pdf

A Besançon et ailleurs, pas de fascisme dans nos quartiers, ni dans nos campagnes !

Tous les jours, le gouvernement nous abreuve de ses idées nauséabondes, il vante les mérites des expulsions, impulse un climat tant xénophobe qu’islamophobe par des amalgames stupides et avance tranquillement dans les pas de l’extrême-droite… A Besançon et en Franche-Comté, l’extrême-droite travaille… Et c’est notamment sous la houlette du « Front comtois » que ces néo-nazes s’organisent: ils diffusent leurs idées politiques emplies de haine sur internet et parfois dans les rues, co-signent des manifestations identitaires et xénophobes et parfois même descendent en ville exhiber leurs écussons nationalistes, montrer leurs muscles, menacer physiquement ou non des gens ici ou là, portant ainsi atteinte à l’intégrité de chacun.e.
Il ne s’agit pas bien sûr de s’opposer à ces racistes par la violence physique mais bien de faire front par notre nombre. Parce que oui, les fachos restent minoritaires, c’est ce que montrent les dernières manifestations antifascistes organisées à Lyon et à Lille en réponse à des agressions et manifestations menées par l’extrême-droite.
Suite à la plainte d’un collectif d’associations, la Justice de l’Etat français fera comparaître sur son banc le Front-Comtois le 8 décembre à Montbéliard, pour des propos et affiches à caractères négationnistes et racistes. Voilà une occasion de plus pour nous opposer à ces identitaires, non pas en appuyant cette décision de justice car le discours et les actes des militant.e.s d’extrême-droite sont nourris par la politique fascisante de l’Etat français, mais en occupant les rues de Montbéliard massivement lors du déroulement du procès et en montrant qu’une société faite de mixité et de solidarité est bien plus intéressante et agréable à vivre que cette société réactionnaire, raciste et sécuritaire proposée par l’extrême-droite.
Par ailleurs, dans les méandres de l’extrême-droite, on trouve aussi les catholiques intégristes qui, par leurs réunions politico-religieuses et autres agissements (saccages et attentats sur des hôpitaux pratiquant l’avortement, associations de soi-disant entraide qui culpabilisent les femmes souhaitant avorter et tentent de les faire renoncer…) dispensent un dangereux message anti-humaniste et réactionnaire. Par exemple, tous les ans l’association « S.O.S Tout Petits » organise des prières dans ou au dehors des églises de la France entière pour « sauver les âmes » des foetus avortés et demander (à leur dieu ?) la fin de la contraception et de l’avortement. Cette année, cette prière a lieu le 19 novembre à 14h30 devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon, cathédrale devant laquelle ils devaient se rassembler en 2010 sous la protection du Front Comtois mais dont l’accès leur avait été barré par un cortège antifasciste de 300 personnes.

A travers leur volonté de casser la loi pour l’avortement et de nier le droit des femmes à disposer de leur corps, ces religieux primaires prônent un fort recul du droit des femmes.

C’est pourquoi la CNT 25 appelle à se regrouper sous les drapeaux rouges et noirs à Besançon le samedi 3 décembre à 14h00 pour une manifestation antifasciste et à Montbéliard le 8 décembre à 9h devant le TGI (Petite Hollande) afin de montrer encore une fois que nous n’abandonnerons jamais Besançon et la Franche-Comté aux mains de l’extrême-droite raciste, réactionnaire et religieuse ou non.

Le fascisme, c’est la gangrène! On l’élimine ou on en crève !

Tract CNT en pdf