La police se défoule en marge des manifestations à Besançon

Dans la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 novembre, une vague d’arrestations brutales (coups de matraques, strangulations…) a été commise dans la rue Claude Pouillet vers 2h du matin (connue pour ses fêtes et soirées!) où bonne humeur et chants libertaires battaient son plein! C’est alors que la flicaille est arrivée avec un effectif démesuré (1 fourgon et 1 voiture de la Police Nationale ainsi que 2 voitures de la bac et 1 de la brigade canine), sous prétexte de faire cesser le bruit. S’en est suivi des arrestations avec violences sur des jeunes connu-e-s pour leur implication dans les mouvements sociaux. Les personnes arrêtées étaient clairement la cible des nervis de la police et des menaces et violences ont été proférées (« on va voir qui c’est le plus fort », « on va t’casser les genoux »,  « Tu vas payer pour tout ce que t’as fait », « elle aime ça la chienne » en parlant d’une fille avec les menottes au poings!). De plus, les flics cherchaient à embarquer principalement des militants de la CNT Besançon (« t’es d’la CNT? allez tu viens avec nous!)
Plus tôt dans la soirée (environ 22h), un militant isolé s’est vu encerclé par 2 voitures de la BAC avec insultes (« t’es le premier d’une longue liste », « tu fais moins le malin ») et intimidations avec un couteau! La suite de la « longue liste » selon un bacqueu arriva peu après!
Résultat: 8 à 10h de GAV abusive furent subies dans des conditions déplorables (manque de couvertures et aucun matelas, froid atroce, cellules insalubres…) Une amende de 100 euros a été infligé à la dizaine de militant-e-s pour aucuns motifs (nous n’avons pas eu de tests d’alcoolémie) !
Ces violences policières n’arrêteront en rien notre militantisme!
La lutte continue!

Publicités