Pour l’émancipation de la femme, le droit à l’avortement et celui de toutes et tous à disposer librement de leur corps.

L’AVORTEMENT N’EST PAS UN CRIME !

Ne laissons pas l’obscurantisme religieux de sos-tout-petits répandre sa morale nauséabonde à Besançon

Sous un semblant de respectabilité familiale « bon enfant », se dissimule l’intégrisme religieux le plus intolérant et le plus hostile à toute idée de pouvoir vivre une sexualité propre à chacun-e. Leurs mots d’ordre : abrogation de la loi Veil, lutte contre l’euthanasie, mobilisation contre le PACS, lutte contre les « perversions sexuelles » (illes considèrent les homosexuel-les comme « des malades » qu’il faut soigner) et bien entendu défense de la « morale » publique (Amen!).

Xavier Dor, président de SOS tout petits a par ailleurs été condamné à plusieurs reprises pour délit d’entrave à l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse), sans jamais purger ses peines. Le but des anti-IVG est systématiquement de culpabiliser les femmes, de leur refuser la libre disposition de leur corps et de décider de leur
vie à leur place.

Le droit à l’avortement et l’accès à la contraception: des droits conquis de haute lutte mais qui restent fragiles

Par delà les actions de ces groupes d’extrême droite marginaux, le droit à l’avortement est aujourd’hui attaqué de toutes parts. Parallèlement à la
diminution drastique des subventions des plannings familiaux, nous assistons ces dix dernières années à la fermeture de nombreux centres pratiquant
l’IVG1. La loi Bachelot, du 25 juin 2009, sous couvert d’économies, ne fait qu’aggraver cette situation en sabordant littéralement l’hôpital public et en
premier lieu, les centres d’interruption volontaire de grossesse. La pénurie du personnel médical et paramédical ainsi que la disparition des structures de
proximité aggravent considérablement l’inégalité d’accès aux moyens de contraception. Et pourtant, c’est plus de 5000 femmes qui, tous les ans en
France, sont dors et déjà contraintes d’avorter à l’étranger.
Par ailleurs, le risque de voir l’avortement assimilé à un crime plane toujours. Ainsi, en février 2008, la cour de cassation reconnaissait le droit d’inscrire tout foetus né sans vie à l’état
civil: pour nous, il s’agit d’une menace importante sur le droit à l’avortement.

On ne veut plus de leçons de morale!

Dans notre société hétérosexiste, être mère est trop souvent présenté comme un passage obligé pour toute femme « qui se respecte ». L’avortement est donc, dans ce cadre, bien souvent considéré comme un acte « irresponsable » voir « coupable ». L’IVG est toujours pensée comme un mal honteux et traumatisant alors qu’il
est un moyen de maîtrise de son corps et de sa sexualité. Mais les témoignages sont là: mauvais accueils, culpabilisation (par l’amplification artificielle des bruits par exemple), humiliations, encouragement à renoncer au désir d’avorter. Autant de pratiques plus ou moins insidieuses qui se dressent contre l’émancipation des femmes.

Plus que jamais il est nécessaire de lutter pour :

• Une meilleure information et un meilleur accès à la contraception et à l’IVG
• La défense d’un système de santé public, gratuit et accessible à tou-te-s
• Le droit pour chacun-e de disposer librement de son corps et de s’épanouir dans la sexualité qu’il ou elle
choisit.

1/ Selon la Dress (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), la France comptait, en 2000, 729
centres IVG contre 624 en 2007.

Tract en PDF Pro-choix

Voir aussi l’appel du SCALP :

Ce Samedi 20 Novembre les intégristes de l’association d’extrême-droite « SOS Tout Petits » et leur copains fascistes veulent manifester à Besançon contre l’avortement. Outre cette association, deux groupuscules fascistes locaux appellent à la mobilisation : le Front Comtois et les Nationalistes « Autonomes » (des néo-nazis qui tentent de récupérer l’imagerie révolutionnaire du mouvement autonome).

Nous, nous défendons cette idée que la femme est la seule qui doit décider et choisir comment elle vit sa sexualité, avec qui et qu’elle seule a le dernier mot sur sa grossesse.
Pour cela, il faut que toutes puissent avoir accès à une contraception gratuite, libre et choisie. Nous pensons que les intégristes, moralisateurs, machos et autres réactionnaires n’ont rien à dire sur des questions qui ne les concernent et ne les regardent pas.

Mais ce samedi, il ne s’agira pas de débattre sur les questions de sexualité et de contraception mais bel et bien de contrer une offensive fasciste dans les rues de Besançon.

Notre rassemblement se veut le plus large et le plus ouvert possible, dans l’idée de mobiliser tous les acteurs du front social (groupes, collectifs, associations, syndicats, partis) comme cela a pu se faire à Lyon le 10 avril dernier ou à Nancy ce 13 Novembre.

Nous souhaitons également interpeller les pouvoirs publics sur l’existence et les activités de groupes fascistes reconstitués après dissolution (Jeunesses Identitaires Franche-Comté qui ont évolué en Front Comtois, Nationalistes Autonomes dont le maire de Nancy demande la dissolution).

Contre l’obscurantisme, l’intégrisme, le fascisme et le patriarcat,

Parce que les néonazis du Front Comtois et des Nationalistes « Autonomes » n’ont aucune place ici,

Parce que l’extrême-droite religieuse n’est pas la bienvenue ici,

Parce qu’il s’agit de défendre nos rues, nos quartiers et notre ville face à un rassemblement antiavortement et raciste,

Parce qu’ici c’est Besak et c’est antifa, métisse, populaire et militant,

Nous appelons l’ensemble des forces politiques du front social à se joindre au :

RASSEMBLEMENT ANTIFASCISTE
Ce SAMEDI 20 NOVEMBRE, 13H précises, devant la cathédrale St-Jean (après la porte noire, direction citadelle)

Venez nombreux, soyons offensifs et déterminé-e-s !

Des liens pour aller plus loin:

Collectifs féministes locaux :

– Putains dans l’âme (travailleur.euse.s du sexe et sympathisant.e.s de tous poils) : http://putainsdanslame.wordpress.com/ ; putainsdanslame@riseup.net

– Solidarité femmes : http://www.solidaritefemmes25.org/ ; 15 Rue des Roses, 25000 Besançon ; 03 81 81 03 90, mail: chrs@solidaritefemmes25.org

Autres liens contre le sexisme et le patriarcat :

– Outils féministes pour une société sans violence, sans exploitation, sans hiérarchie : https://oooutilsfeministes.wordpress.com/

– Association contre les violences faites aux femmes au travail : http://www.avft.org/
– Action et droits des femmes migrantes et exilées : http://doubleviolence.free.fr/spip/
– Collectif féministe contre le viol : http://www.cfcv.asso.fr/

– SOS femmes : http://www.sosfemmes.com/index.htm

– Radiorageuses, nébuleuse des émissions radio de féministes, gouines, trans, femmes… http://www.radiorageuses.net/

– Super Féministe : http://superfeministe.blogspot.fr/

– BDs et textes féministes : http://lagitation.free.fr/

– Vidéos et autres ressources : http://teledebout.org/

– Féministes radicales : http://www.feministes-radicales.org/

Féminisme, syndicalisme et anarchie :
– De l’être humain mâle et femelle (Joseph Déjacques), une réponse magistrale à la misogynie de Proudhon : http://joseph.dejacque.free.fr/ecrits/lettreapjp.htm
– Féminisme et syndicalisme (revue Agone) : http://revueagone.revues.org/413
– Critique du patriarcat dans le mouvement anarchiste : http://dimension.ucsd.edu/CEIMSA-IN-EXILE/colloques/pdfPatri/ch-21.pdf
– La lutte antipatriarcale, texte de la Coordination des groupes anarchistes : http://www.c-g-a.org/sites/default/files/cga_motion_-_antipatriarcat_201111.pdf
– Textes sur les viols et violences sexistes dans les milieux alternatifs : http://combiendefois4ans.blogspot.fr/
– Travail, genre et sociétés, revue de sciences sociales : http://www.travail-genre-societes.com/
– Syndicat du travail sexuel : www.strass-syndicat.org
Publicités