Classes en lutte… n° 106 – octobre 2009 (bulletin de la CNT-FTE)

Le numéro est à télécharger à l’adresse suivante :
<http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=2716>
En cas de reproduction pour affichage ou diffusion, le numéro est à agrandir en A3

Tous les articles sont disponibles à cette adresse :
<http://www.cnt-f.org/fte/rubrique.php3?id_rubrique=274&var_mode=calcul>

Au sommaire :

*     Casse de l’éducation nationale, les chiffres !
<http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=2715>

Souriez c’est la rentrée ! En cette rentrée, le service public
d’éducation est toujours aussi malmené, aucune pause n’est
prévue et les réformes ajournées suites aux luttes de l’an passé
se poursuivent. Tour d’horizons des attaques en cours ou à venir
prochainement : Faire du chiffre… 13500 postes
d’enseignant-e-s et 500 postes administratifs supprimés cette
année 16000 (…)

*     2009 – 2010 : qu’est-ce qu’ils comptent encore détruire ?
<http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=2714>

En juillet dernier, une note ministérielle faisait le point sur
les mesures Darcos et dessinait celles à venir. Instructif…
Après un topo triomphaliste sur les réformes de l’année passée
qui passe sur les résistances de nombre d’entre nous et sur les
petits arrangements d’une majorité des enseignants. Par exemple
combien d’enseignants ont bidonné les évaluations CE1 et CM2,
que ce soit (…)

*     Sous le soleil, la répression
<http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=2713>

Sentant l’été arriver, la machine administrative avait lancé ses
filets pour y prendre enseignants désobéisseurs, militants
syndicaux et associatifs. Alain Refalo, Bastien Cazals, Erwan
Redon… ils sont plusieurs à avoir connu un été de sanctions
administratives et juridiques. Commission disciplinaire le 7
juillet pour Erwan Redon,puis le 17 septembre où elle a voté une
sanction : « déplacement (…)

*     Loi Carle : la calotte et le pognon !
<http://www.cnt-f.org/fte/article.php3?id_article=2712>

L’Article 89 de la loi de décentralisation de 2004 prévoyait
déjà le financement des écoles privées par les communes qui ne
pouvaient assurer la scolarisation des élèves sur leur
territoire. La loi Carle, votée lundi 28 septembre 2009,
entérine ce principe en y mettant quelques conditions : «
capacité d’accueil » insuffisante, « obligations
professionnelles » des parents d’élèves et « raisons (…)